Une journée banale en 2025 avec Apple et Google

7h50 du matin. Je suis profondément endormi, la tête posée contre un confortable oreiller. Je vais passer une journée banale de 2025.

Réveil

Pendant que je profite des dernières minutes de mon sommeil pour conclure un énième rêve, mon inconscient perçoit quelques notes à l’accent exotique. Dix minutes plus tard, me voici émergeant de mon sommeil. Je lève alors avant-bras gauche, et mon iWatch ordonne l’arrêt de la musique, replongeant subitement dans le silence la pièce qui s’allume progressivement grâce aux ampoules haut-parleurs connectées que j’avais acheté il y a quelques mois déjà.

Je me soulève tant bien que mal, saisissant mes lunettes Google Glass que je fixe sur mon nez. Je n’ai pas vraiment peur de me rendormir, car je sais que ma montre détectera une baisse de la tension, et relancera un réveil pour me sortir une fois pour toutes de ma léthargie matinale.

iWatch Concept from Todd Hamilton on Vimeo.

Imprimante 3D et personnalisation

Alors que j’entame mon petit déjeuner, je lance mon Morning Youtube personnel, un journal vidéo basé sur mes abonnements sur Youtube. D’une durée approximative de dix minutes (mais je pourrais modifier la durée), ce dernier est entrecoupé de vlogs de vidéo-makers, à la manière d’un YoutubeNation concocté spécialement pour moi. Chaque jour je note les vidéos et le lendemain, un nouveau menu m’est proposé en fonction de mes préférences.

Pour découvrir de nouveaux vidéo-makers, une tranche de mon Morning Youtube est consacré aux nouveaux talents.

Avant de partir, si la monture Google Glass ne me correspond pas, j’utilise mon imprimante 3D personnelle pour en sortir une aux couleurs de ma chemise du jour. Si je n’ai plus besoin de la monture d’hier, je la détache du squelette de base et la met au composte. Dans une semaine, ma RayBan confectionnée « à la maison » à partir de poudre d’algues sera redevenue poussière.

Google-Glass-2

L’un des nouveaux design de Google Glass

 

Google Car et Li-Fi

8h30. Je sors de chez moi, ma montre au poignée et mes lunettes sur le nez, rien de plus. à l’époque, j’aurais pu oublier mon téléphone, ma tablette, les écouteurs, le chargeur voire tout ça en même temps. à présent, plus besoin de m’embêter : ma montre remplie son rôle d’interface tactile, tandis que mes lunettes me suffisent pour voir en « plein écran » les informations de mon choix, équipées d’un haut-parleur qui passe par les os du crâne.

Il me suffit de présenter mon poignée devant la porte de ma maison pour la verrouiller avec un code Li-Fi qui permet de crypter un signal binaire activant le verrouillage de la maison. L’avantage indéniable : le Lifi passant uniquement par un vecteur lumineux (contrairement au Wifi qui s’étale tout autour de lui et même à travers les murs), la connexion entre la porte et la montre est plus sécurisée.

Je suis pile à l’heure pour mon Google Car en commun. Cette chenille modulaire comporte déjà trois passagers qui vont au même endroit que moi. J’avais fixé la veille même des rendez-vous dans mon calendrier Evernote, avec un lieu et une heure, cochant la case demandant à un Google Car de m’y emmener. 

128752iLe concept de voiture française modulowatt. Dans l’esprit, mais pas encore ça.

Pendant le trajet en voiture, je check mes notes pour l’importante réunion qui doit se dérouler ce matin. Grâce à l’iWatch, je fais défiler les informations qui apparaissent sur mes Google Glass. Grâce à la 4G qui couvre l’ensemble du chemin, je peux faire des recherches complémentaires en quelques secondes.

Jouer avec une iWatch ?

Lors de la réunion, j’enlève les Glass comme tout le monde, par respect. Cependant, pendant le déroulé du diaporama projeté sur le mur derrière moi, je n’omet aucun détail grâce aux notes qui défilent sur ma montre. L’avantage ? J’ai mes deux mains libres.

Dans la Google Car le soir, j’ai tout le loisir de jouer à un jeu qui a été remis récemment sur le Play Store : il s’agit d’un certain Flappy Bird. C’est un peu #old, mais c’est marrant. Le principe est de voir un petit oiseau défiler le long des Google Glass, et d’appuyer sur son bracelet pour le faire sauter. Je pourrais aussi jouer à ce jeu uniquement avec mes Glass en jouant avec la caméra et mon doigt, ou uniquement avec la montre, à l’horizontale.

Le changement de support pour le jeu a obligé les game designers a devenir plus créatifs, et tournés vers la réalité augmenté. Nous avons ainsi tout le loisir de jouer à des jeux de piste, ou des FPS en réalité augmenté, etc.

En fait, la plupart des jeux et applications pour téléphone sont très vite devenus compatibles avec les Glass et les iWatch. Pour le clavier, j’utilise tout simplement les claviers bluetooth  et les bureaux à écran tactile que l’ont trouve partout. Et par défaut, mes Flass possèdent la fonction Clavier Laser, et mon iWatch utilise un swype.


Concept de clavier swype pour tablette. L’idée est similaire pour les iWatch

La disparition annoncée des téléphones

De nos jours, téléphones et tablettes ont été remplacés tous deux par des objets plus pratiques, correspondant plus aux usages actuels. Le téléphone de petite taille tendaientt déjà à disparaître en 2014, il a progressivement muté en tabphone, passant de 3,5 pouces à 6 pouces en quelques années. Vers 2017, ces deux objets ne faisaient plus qu’un, et les montres ont commencé à se démocratiser, substituant les téléphones.

Restait le problème des larges écrans bien pratiques pour regarder des films : c’est alors que les lunettes connectées sont arrivées, qui affichent à l’œil un écran suffisamment confortable, et pouvant projeter sur une surface plane des informations dans un gros format.

——

Nous revoici en 2014. Je lance donc mon pronostic depuis Février 2014 : La montre connectée est le futur du téléphone. Les lunettes sont le futur de la tablette. à dans 10 ans !

L'auteur·e
Avatar
[prononce : évni] Designer freelance, échantillon d'humanité numérique. En savoir plus