L'auteur·e
Avatar
[prononce : évni] Designer freelance, échantillon d'humanité numérique. En savoir plus

Présentation d’Aewni

Youpla’Daboum !

C’est avec joie que j’écris les premières lignes de mon premier article sur ce magnifique blog communautaire ! Et qui dit premier article, dit découverte ! Découverte d’un nouveau rédacteur, peut-être inconnu pour vous. Je vais donc profiter de votre temps précieux pour me présenter, et qui sait, partager mon expérience avec vous. Si à la fin j’aurai pu aider ne serait-ce qu’une personne dans le choix de son orientation, je n’aurai pas écrit cet article en vain :p !

 

Pour situer un peu, je suis un étudiant designer de 18 ans qui étudie actuellement le design d’objet (industriel), le graphisme et le design d’espace à Euromed Design, une école de design rattachée à une école de commerce dans le Sud. Voici donc un petit historique de toutes mes expériences marquantes sur le web. Let’s go !

 

Mes débuts

Commençons par le commencement. J’ai commencé à baigner dans le graphisme/webdesign vers mes 12 ans. Mes premières expériences se sont déroulées sur des forums où je trainais : c’était la mode forumactif, et tout le monde portait des “kits”, soit un avatar et une sorte de mni-bannière qu’on collait en dessous de nos messages.

Metak, les débuts

  

Ces premières armes m’ont été très utiles pour apprendre à utiliser les outils. Car c’est bien le premier conseil que je vous donne : ce qui fait la distinction entre un bon et un mauvais designer, c’est sa réflexion avant tout. Mais si il ne les maitrise pas, le bon designer sera toujours limité par ses outils.

Apprenez à utiliser vos outils. Un guerrier ne part pas à la guerre sans connaître parfaitement le maniement de ses armes. Il faut que vous soyez capable de réaliser sur le papier et l’écran ce que vous visualisez dans votre cerveau. N’hésitez pas à passer des journées entières sur des tutos : l’avantage, c’est que c’est comme le vélo : ça s’oublie pas ^-^.

 

Anka’Dio

Ma deuxième expérience importante a eue lieu dans une ancienne webradio qui s’appelait à l’époque Anka’Dio. J’ai candidaté sans penser n’avoir aucune chance, alors pour que ça passe, j’avais écris et dessiné un petit sketch bidon avant de présenter mes vraies créations. Les recruteurs avaient, j’imagine, pensé que j’étais de nature assez fun, et ça a du jouer dans ma faveur, puisque j’ai occupé le poste de graphiste pendant 2 ans.

Dans cette webradio, j’ai vraiment appris à répondre à une demande précise. Mon travail consistait à réaliser l’habillage visuel (logo, bannière, icône, pub) de chaque émission. Ce fût très intéressant car j’ai rencontré énormément de personnes de tout horizons et de toutes professions, avec leurs goûts, leur niveau d’exigence, etc.

Logo Ankadio

Mon travail le plus important dans cette webradio a été de recréer la charte graphique à travers l’élément central, le logo. C’est la première fois de ma vie que j’ai fait autant de recherches sur une réalisation graphique : plusieurs dizaines de pages de pistes visuelles se sont succédées pour arriver au logo que l’on connaît actuellement

Je pense qu’à Anka’Dio j’ai fait une rencontre qui a changé ma vie : Nelz, de trois ans mon ainé, était le directeur artistique de la webradio. Il avait beaucoup plus d’expérience que moi dans le domaine et c’est grâce à lui que j’ai énormément progressé dans la lisibilité (mise en page, lecture d’image) de mes réalisations.

N’hésitez pas à demander des critiques constructives. C’est la plus belle chose sur Terre. Venues de personnes à qui vous accordez de l’importance, ces critiques sont un passage obligatoire pour toute réalisation avant de montrer quoi que ce soit au client. A n’importe quel niveau, c’est aussi le meilleur moyen de repérer vos lacunes et ce qu’il faut travailler : en l’occurrence, j’avais beaucoup de retour sur le fait que mes créations étaient trop chargées et parfois peu lisibles, irrespirables sous la dose d’effets de lumières que je posais.

Vraiment, je pense que c’est la chose la plus importante à apprendre pour progresser : arriver à laisser remettre votre taff en question par des gens qui sont liés au projet. Prenez toutes les critiques, si elles un minimum constructives. Que ça vienne d’un ami externe dont c’est pas le boulot, d’une collègue elle-même créative ou du client, tous les avis sont bons à prendre pour arriver à un résultat qui concordera avec le public visé.

Cela mériterait un article entier.

 

Le Blog à Blocs

 

Le Blog à Blocs est un blog communautaire que j’ai réalisé avec l’aide de 5 dessinateurs. Le but était de nous relayer pour publier un nouveau dessin chaque jour sur un thème choisi en début de semaine. C’est moi, en voyant que j’avais du mal à me mettre au dessin, que j’ai décidé de me créer des contraintes pour m’obliger à enfin apprendre à faire des traits droits. D’ailleurs, dans le staff du Blog à Blocs se trouvaient deux des admins d’Anka’Dio, et on se suit toujours depuis 🙂

Ce blog est pour moi l’une de mes plus grandes réussites sur de nombreux points : c’est mon projet qui a duré le plus longtemps (plus de 500 dessins ont été postés), il amené beaucoup de monde à se rencontrer, et j’ai bien progressé grâce à lui. La création de ce réseaux d’illustrateur a entraîné des échanges réguliers entre deux, et du même coup une richesse dans les réalisations.

Un exemple de réalisation pour le thème

Je pense avoir réussi le pari de comprendre mes défauts et mes points noirs pour réaliser un projet visant à les gommer au moins partiellement : depuis, j’ai beaucoup moins de mal à commencer mes dessins avec un crayon, j’arrive plus facilement à tenir mes deadline (dates limites de rendus d’un projet)  et j’ai rencontré des illustrateurs extraordinaires.

Notre cohésion dans notre groupe a apporté un élan pour certains qui se sont ensuite lancés dans le pari de faire un dessin tous les jours. Je pense que ce projet a été bénéfique pour la quinzaine d’illustrateurs qui se sont succédés. N’oubliez pas le pouvoir de l’auto-stimulation de groupe. La cohésion entre amis est le meilleur moyen d’avancer rapidement sans perdre sa motivation.

 

Ma chaîne Youtube

J’ai ouvert en octobre 2011 une chaîne Youtube où je publie depuis toutes mes vidéos. J’ai mis en ligne à ce jour 76 vidéos, dont certaines frôlent les 20 000 vues. C’est par conséquent mon plus grand succès en terme d’audience. Pour moi, ce fût l’apprentissage d’une méthode visant à trouver ce qu’il me plait à faire tout en trouvant un public derrière. A la base, je réalisais des vidéos en accéléré de dessins que je filmais. C’était surtout du Minecraft, une tendance du moment, et les gens venaient pour l’univers  plus que pour la qualité du dessin.

Ce que j’adore avec le fait d’avoir une chaîne Youtube à présent, c’est de pouvoir faire des expériences : lancer des vidéos / séries concept, d’amuser autour d’un projet de vidéo de 3mn en groupe,ou un suite de vidéos qui totalisent plusieurs heures de bande à la fin. Et je trouve ça génial d’être aussi libre dans ses choix de direction artistique et de projets.

Youtube m’a permis de comprendre la logique de la visibilité et de la relation avec le public. C’est la première fois que j’ai à intéragir avec autant de “fans”, et c’est vraiment chouette de voir des petits n’enfants me dirent qu’ils ont adoré ma vidéo.

 

Là où je veux en venir, c’est que chaque projet a ses propres caractéristiques, moteurs et ses petits cadeaux à la fin. Là où un blog de dessin m’a appris à tisser des liens avec des corps de métier proche (illustration, développement web), ma chaîne Youtube m’a confronté à un public que je ne connaissais pas. Le travail pour Anka’Dio, la webradio, était motivant car je voyais mes réalisations affichées sur les pages du sites, pendant que le moteur de projets de réalisation de sites est avant tout le gain d’expérience et l’argent de poche à la fin.

D’après moi il ne faut pas s’arrêter de monter de faire marcher des projets  ; c’est comme ça qu’on avance. Cela permet de se créer un réseau, de comprendre la mécanique de mise en oeuvre d’une réalisation concrête, et puis avant tout, de s’éclater sur des choses qu’on ne connaissait pas.

 

Je vous souhaite encore de nombreux projets dans l’avenir 🙂

Happycultement,

Aewni